C'est l'heure d'aller te préparer un petit café et de lire ta newsletter préférée

La Vraie Dose #2

[LVD #2] Mon projet, j'en parle ou je le garde pour moi ?

Coucou ,

Allez, on repart pour une semaine entrepreneuriale et comme chaque lundi, je vais prendre ma plus belle plume pour t'envoyer une vraie dose d'énergie en prenant de front un sujet qui touche, a touché ou touchera ton quotidien d'entrepreneur pêchu !

💖 LES ACTUS DE LA VRAIE DOSE 💖

Avant de te parler du sujet que tu vois écrit en très très gros juste au dessus, je te fais un petit point sur La Vraie Dose :

- Si tu as manqué la première newsletter de La Vraie Dose pour une raison X ou Y(par exemple car tu n'étais pas encore inscrit), celle-ci est disponible en intégralité dans un article dédié sur le blog de la vraie dose : clique ici, je suis l'article dédié à la première newsletter où je te parlais de ça "pourquoi entreprendre et non comment"

- Je viens de créer la page Facebook de La Vraie Dose donc n'hésite pas à la visiter et à lui offrir un petit "like" dont toi seul à le secret

- Tu peux aussi rejoindre La Vraie Dose sur Instagram, réseau sur lequel je suis la plus active pour diverses raisons d'usages, de communication et de goûts personnels.

💌 AU MENU AUJOURD'HUI : "MON PROJET, J'EN PARLE OU JE LE GARDE POUR MOI ?" 💌

Les messages de service ayant été communiqués, il est tant d'en découdre avec un sujet plutôt "touchy" comme on ne dit pas chez nous : annoncer l'existence de son projet à ces proches et pas que. Alors, quand tu as lu le titre, tu t'es peut-être dit : "c'est facile, c'est facile, j'ai la réponse, il faut en parler à un maximum de gens". En soi tu es plutôt sur la bonne voie je dirai. On a souvent une intuition un peu contre productive qui est de se dire qu'il ne faut surtout pas parler de son projet car on risquerait de nous le voler. Si tu as cette pensée un peu coupable en tête, et bien déjà tu commences par ne plus te sentir coupable de penser certaines choses car tu fais ce que tu peux avec ton projet et ensuite je me lance le défi de te faire dépasser cela.

J'ai mené 2 projets jusqu'ici et pourtant sur le sujet précis d'informer son entourage - proche et lointain - je n'ai pas du tout eu la même stratégie pour Karmerz (mon premier projet, une plateforme collaborative pour que nous puissions tous nous créer un réseau professionnel quelques soient nos parcours et nos aspirations professionnels) et pour LVD (La Vraie Dose pour les intimes). Pour l'un j'ai été très communicative, pour l'autre beaucoup plus discrète. Je vais revenir avec toi sur ces deux expériences car parler de son projet c'est souvent la première vraie épreuve entrepreneuriale. Tu trouveras, je l'espère, une voie pour toi aussi évoquer ton projet avec les gens qui te sembleront pertinents pour t'écouter !

👉 TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 15 MINUTES 👈 

💌 LVD épisode 2 :
Mon projet, j'en parle ou je le garde pour moi ? 💌

😱 Si je dis ma bonne idée à quelqu'un, on va me la piquer, c'est sur (puisque je te le dis) !


Comme toujours, on se met à l'aise et on aborde les sujets qui fâchent ! Ton idée, tu l'aimes, elle est précieuse, c'est ton vrai petit coup de génie et tu y tiens comme à la prunelle de tes yeux. Oui mais, voilà, j'ai une nouvelle difficile à t'annoncer : ton idée ne vaut peu ou pas grand chose (à moins bien entendu que tu aies fait une trouvaille scientifique ou technologique) et seule l'exécution compte. En d'autres mots, ton projet ce n'est pas ton idée mais bien ce que tu vas en faire. 

Souviens-toi lorsque tu étais à l'école (chut pas de stress, on y retourne que 5 secondes). Tes professeurs t'ont souvent raconté que les placards étaient remplis de formidables inventions qui n'avaient jamais trouvé leur public. Nous n'avons pas franchement trouvé un usage concret pour la population ou nous n'avons  pas su les vendre. Donc des bonnes idées, il y'en a eu, il y'en a et il y'en aura. En revanche, toi tu n'es jusqu'à preuve du contraire, pas clonable (à moins bien entendu que le monde devienne une gigantesque série netflix grandeur nature). Donc même si quelqu'un n'avait que ça à faire que d'arrêter tout ce qu'il entreprend dans sa vie pour te voler ton idée, il ne la délivrerait pas du tout de la même façon que toi parce que ton idée tu l'as dans tes tripes (c'est bêbête mais c'est tellement vrai). 

Et puis, au pire, tu auras un concurrent. Bon. Tous les commerces du monde ont un concurrent. Une startup qui a trouvé un super nouveau business model se fait copier à la vitesse de l'éclair. Pourtant, c'est rarement le copieur, le gagnant. Et puis si tu as un concurrent, cela veut dire plein d'autres choses... Tout d'abord, cela signifie que ton idée est plutôt cool et qu'il y a sans doute un besoin / un marché pour elle donc c'est plutôt un bon signe. Ensuite, cela va te pousser à porter ton projet plus loin afin d'être en tête de cette compétition (tu aurais peut être moins eu la niac si tu avais été seul au milieu de ton boulevard sans concurrent). Enfin, cela serait peut-être très vertueux pour ton entreprise car parfois, lorsque l'on amène les consommateurs vers un nouvel usage, un nouveau produit, etc, nous ne sommes pas trop de deux, trois, etc pour accompagner les acheteurs vers une nouvelle démarche de consommation. 

Mais tout cela étant dit, je voudrais vraiment insister sur un point : il y a assez peu de chances que quelqu'un s'arrête de vivre pour pomper entièrement ton projet. Tu le sais bien mieux que moi, entreprendre est un choix de vie qui engendre un certain nombre de concessions et il est rare de mettre un coup de pied dans la fourmilière de sa vie, comme ça en une fraction de seconde, après avoir entendu l'idée de quelqu'un d'autre parce qu'elle a l'air chouettos. Ton projet, ce n'est vraiment pas ton idée mais ce que tes mains, ton cerveau, ton aisance, tes ambitions et conseours vont en faire : de la magie !

❓Ok, mais vraiment, parler de son projet, ça vaut le coup tu crois ?

Tu t'en rappelles peut-être, lors de la première newsletter de La Vraie Dose, nous nous étions promis de toujours nous demander pourquoi nous faisions les choses avant de se demander comment nous allions les faire. C'est la fameuse philosophie du "Start with why" (démarrer par le pourquoi), explicitée par Simon Sinek. Si nous l'appliquons ici, se demander pourquoi l'on souhaite parler de son projet revient à se demander quel serait l'objectif d'une telle démarche. 

Je dirais qu'il peut y avoir plusieurs raisons qui justifieraient de parler de son projet autour de soi. La première est assez bête mais est tout simplement que tu risques d'y être obligé. Si par exemple, tu as besoin d'un local, d'une subvention ou de trouver un partenaire, tu n'échapperas pas au fait de devoir communiquer sur ton projet.  

Et justement, apprendre à parler de son projet, c'est la meilleure façon de lui donner vie. Tant que j'ai gardé mon projet pour moi, il ressemblait bien plus à une illusion car une réalité. Dès lors que tu en parles à tes proches ou à ceux que tu croises sur ta route, tu signes comme un contrat moral avec eux qui dit en quelques mots que tu portes un projet et qu'il va falloir le faire grandir. En en parlant tu accouches de ton projet. C'est à partir du moment où j'ai parlé de KARMERZ que j'ai eu la vraie sensation d'avoir un travail. C'est bête, car ton projet tu le construis plus en amont. Et pourtant, en parler, c'est en quelque sorte assumer son projet et ses ambitions entrepreneuriales au grand jour. 

Et enfin, apprendre à parler de son projet, c'est... apprendre à le vendre. Alors, mettons-nous tout de suite à l'aise, vendre son projet c'est coton coton. On a que peu de ressources pour apprendre à parler de son projet en dehors de son bon sens et de sa motivation. Sincèrement, j'ai fait un Master in Entrepreneurship & Innovation en école de commerce. Je suis donc censée avoir vu et revu les problématiques liées à l'entrepreneuriat. En réalité, non il n'y avait malheureusement aucun cours pour annoncer son projet entrepreneurial à sa famille et ses amis. Pourtant, c'est statistiquement 1000 fois plus dur que de vendre des gants à des manchots (résultats observés suite à une étude scientifique bien entendu)

Mais c'est presque une chance. Car cela va t'obliger à penser pour la première fois à tout ce qui fera plus tard le sel de ta stratégie commerciale : résumer ton activité en une phrase clé, t'adapter à un auditoire non technique (qui de fait ne comprendra peut être même pas la base de ce que sera ton entreprise sinon ce n'est pas drôle et nous on aime rire), interagir et répondre à leurs premières questions. C'est là que tu vas dessiner pour la première fois ce qui sera ton "pitch" (nous y reviendront dans une autre lettre mais il s'agit de la façon dont tu vends ton projets en quelques phrases).

 

📢 Donc mon projet, j'en parle à touuuut le monde, c'est ça ?

 

Et c'est là où je vais te partager mes deux expériences d'annonce de nouveaux projets. Ayant gravité dans l'écosystème entrepreneurial et ayant été biberonnée aux bonnes pratiques de l'entrepreneurt qui réussit (lol) en école, on ne me l'avait que trop rabaché : ton projet il faut en parler. Un ami, un passant, tes parents, ton voisin, ton chien, tout le monde doit connaître ton projet sinon tu es tout pourri. Rien que ça. Dans le fond, je suis assez d'accord notamment pour toutes les raisons que nous avons vues ci-dessus. C'est un petit challenge quotidien que de parler de mes projets entrepreneuriaux mais ça me permet petit à petit de prendre confiance en moi et d'apprendre à le vendre en choisissant les bons mots en fonction des bonnes personnes.

Pour KARMERZ, j'en ai littéralement parlé à tout le monde. Ma famille, mes amis, ma coiffeuse, mon esthéticienne, tout le monde le sait. D'ailleurs lorsque je suis arrivée chez le coiffeur en décembre dernier, je me suis dit "Sarah maintenant tu te mets dans un état d'esprit ABC - Always Be Closing" (être toujours en train de vendre). Voici notre petit shoot d'expressions d'entrepreneuriat bien en english comme on les aime. Ce qui est sympa chez le coiffeur c'est qu'il n'y a pas trop de bruits, les sèche cheveux étant connus pour leur mode silencieux... Donc pour te mettre dans l'ambiance de ce petit challenge de développement personnel, pense à 3 sèche cheveux qui fonctionnent en même temps, une dizaine de personnes qui essaient de couvrir le bruit en parlant de plus en plus fort et apprendre à vendre ton projet à quelqu'un qui ne te connait pas, donc qui ne va pas se forcer outre mesure pour essayer de le comprendre.

Et surtout, il y a une petite note à savoir sur moi : je ne suis pas ultra à l'aise avec le fait de parler avec des gens que je ne connais pas (euphémisme). Je suis cette personne qui peut être à la fois mal à l'aise quand je ne connais pas quelqu'un et grandement loquace quand je connais tout le monde (mais que serait la vie sans toutes ces contractions qui font tout le "swag" de ta personnalité, hein ?). Pourtant j'ai réussi ce jour là à sortir du salon en ayant suscité l'intérêt de ma coiffeuse pour mon projet. Peut-être qu'elle m'a oubliée, qu'elle a oublié mon projet... Mais on s'en fiche : j'en ai parlé à une personne de plus, j'ai vendu mon projet une fois de plus et en conditions extrêmes en plus. Résultat ton pitch et ta confiance en toi ont pris un coup de boost dont seul ton coiffeur a le secret !

Mais avant même de tenir au courant les commerçants de mon quartier, j'ai commencé par en discuter avec ma famille. Je pense qu'en lisant cette phrase, tu as soit rit soit eu mal au ventre de façon excessivement violente (toujours être mesurée dans ses propos, on te dit Sarah). Et quand je te parle de ma famille, je te parle de ma Famille. Au sens large. Papi, Mamie, les oncles, les tantes, les cousins, toute personne ayant un micro bout de patrimoine génétique ou affectif pas trop trop éloigné du mien. Ça fait une petite population avec son lot de personnalités différentes et de degrés d'empathie variables.

À chaque fois, je n'étais pas loin de me mettre en position latérale de sécurité, avant, pendant et après l'annonce. Maintenant, quand je pense à toutes ces réactions, je ris, je comprends, je relativise, je les revis parfois avec humour. Voici les diverses réactions auxquelles j'ai eu droit (je choisis de les mentionner de façon anonyme pour la tranquillité sociale de chacun) : "j'aurais préféré que tu me le dises autour d'un verre plutôt que d'une tasse de café" (...), les fous rires nerveux (ça c'était vraiment étrange), les longs silences crispés (long silence de plusieurs heures, ça peut devenir difficile un repas de famille quand tu annonces un projet), les têtes apeurées, les "on a confiance en toi" qui sonnent comme "par pitié dis-nous que c'était une blague, un test, dis que c'était faux, Sarah, dis-le" et j'en passe, et des meilleures...

Parmi mes meilleurs amis, certains ont eu confiance tout de suite, d'autres ont dit "putain", certains m'ont encouragée, d'autres se sont dit "ça serait bien qu'elle se calme un petit peu quand même". Finalement aujourd'hui, ils ont tous un peu peur pour moi mais je soupçonne dans le fond qu'ils sont un petit heureux que je me sois lancée. Pourtant, pour La Vraie Dose, j'ai choisi d'être plus discrète et de lancer le projet avant même de l'évoquer avec mon entourage, et je vais t'expliquer pourquoi.

😍 Alors, j'ai le droit de choisir à qui je parle de mon projet ?

Avec du recul, j'ai tout de même observé que j'ai passé un peu trop de temps à convaincre et rassurer mon entourage lorsque j'ai lancé mon premier projet, KARMERZ. J'adorerais n'avoir rien à faire de ce que pense mon entourage mais j'ai un petit problème dans ma gestion de mes émotions qui fait que j'en suis proprement incapable (même si je fais très bien semblant). Et l'avantage de lancer un second projet, c'est que l'on peut apprendre de ses expériences, de ses réussites, de ses erreurs (nous y reviendront dans une autre lettre, c'est promis).

Aussi, on s'est juré de mettre les pieds dans le plat, il y a juste des gens qui ne t'apportent aucun soutien et qui t'envoient des mauvaises ondes. Il faut le dire parce que c'est vrai en fait. Attention, parfois, tes proches vont mal réagir face à ton projet car ils ont peur pour toi et qu'ils t'aiment. Ça te mettra les nerfs dans un état très problématique mais pourtant c'est tout sauf de la méchanceté, c'est de l'amour. Crois-moi, j'ai du faire un long cheminement pour parvenir à écrire cette phrase et à penser que c'est vrai à 100%. Je ne parle pas de ces individus là.

Tu croiseras aussi sur ta route des personnes qui seront peu constructives car un peu agacées que tu lances. Dans ce cas, cela ne sert absolument à rien de leur parler de ton projet. Même pour avoir un retour, pour répéter ton pitch une fois de plus (#AlwaysBeClosing), pour affirmer ta posture entrepreneuriale aux yeux de tous, non ça ne sert à rien. Et ce pour une bonne raison, ton énergie et ta motivation sont les seuls actifs ou presque de ta société. Quand on monte une boite, on apprend à se protéger financièrement, professionnellement mais il faut savoir se protéger moralement aussi (et pour ça, ton comptable ne pourra pas t'aider, en revanche, la vraie dose sera toujours là pour toi).

Donc pour La Vraie Dose, j'ai fait un choix assez marqué : n'en parler qu'à très peu de gens, au compte goutte. J'en ai d'abord parlé à mon compagnon et à mes amis proches car je savais que leurs retours auraient de la valeur et qu'ils sauraient mettre leur affect de côté. J'ai aussi fait le choix d'être d'abord très discrète sur mes réseaux sociaux. Et puis, après avoir constitué une liste d'inscrits à la newsletter et avoir envoyé une première lettre la semaine passée, j'en ai finalement parlé à ma famille de premier cercle. Cette fois, je suis venue vers ma famille avec un projet un peu plus tangible. Je le sais, ils pensent toujours "mais est-ce qu'elle va s'arrêter un jour avec ses pulsions entrepreneuriales et nous annoncer à Noël qu'elle va prendre un CDI" mais malgré tout La Vraie Dose doit leur paraître un peu plus réelle que KARMERZ. Et puis grâce à mon premier projet, j'ai quand même un peu appris à appréhender les réactions de mes proches. 

Pour la petite histoire, j'ai annoncé à ma famille que je me lançais dans ce second projet ce weekend. Cette newsletter est donc la première newsletter qu'ils recevront pour ceux qui se seront inscrits. Tu comprends donc que je n'ai pas choisi cette thématique par hasard.

Avec La Vraie Dose, j'ai donc commencé par créer des pages sur les réseaux sociaux et aller chercher à la force du poignet des utilisateurs que je ne connaissais ni d'Adam ni d'Ève. Cette fois, pas d'affect, que de vrais utilisateurs qui choisissent comme toi, de s'inscrire ou non, selon leur intérêt. Au delà du fait que cette démarche a été bien plus apaisante pour moi, je pense sincèrement qu'elle a apporté plus de valeur, plus vite, à ce nouveau projet entrepreneurial. Je t'en reparlerai plus tard mais j'ai l'impression d'avoir cette fois fait les choses dans l'ordre en allant en premier lieu me confronter à ce que je pense être mon "marché", mes utilisateurs. Ça parait bête comme ça mais parfois je me suis perdue dans mes priorités et j'ai un peu oublié que le plus important bel et bien de trouver des utilisateurs... 

Si je devais monter un troisième projet (je le sais, il faut vraiment que je me calme), peut-être que je trouverais une façon de parler de cette nouvelle vocation à mi-chemin entre ce que j'ai le mieux fait entre KARMERZ et La Vraie Dose. Par exemple, lorsque j'ai lancé KARMERZ, cette démarche ABC (always be closing), m'a beaucoup aidée à prendre confiance en moi, en mon projet et à tangibiliser ma posture d'entrepreneure. Sans compter que cela a beaucoup nourri ma façon de vendre et d'expliquer KARMERZ ou encore à ma façon de m'adapter à la personne à laquelle je m'adresse. J'ai tout bêtement appris la vente, la vraie, loin des théories et des bouquins. Pour La Vraie Dose, j'ai volontairement fait le choix de remettre la priorité sur ce qui avait le plus de valeur sur mon projet : me confronter à mes utilisateurs avant de me confronter à mes proches qui avaient assez peu de chances d'être de vrais lecteurs de LVD, n'étant pour la plupart que peu intéressés par l'entrepreneuriat. Pour moi, ce sont les deux meilleures pratiques que j'ai identifiées avec un peu de recul.

 

💪 Et toi dans tout ça, ça te dit que l'on construise une vraie stratégie d'annonce pour ton projet ?

Tu le sais, je te l'ai dit et te le redirai, je suis bien trop apprentie entrepreneure pour m'improviser consultante/ coach en entrepreneuriat. Par contre, j'ai envie de t'aider à surmonter ce qui a pour moi été un peu chaud chaud chaud et te donner la pêche pour que tu enfiles comme il se doit le costume d'entrepreneur qui t'ira si bien. Je pense qu'à la lecture de mes deux expériences, tu as pu observer deux modes d'annonce bien différents et peut-être que tu as senti quelque chose de plus adapté pour toi, ta personnalité, le stade de ton projet, ta confiance en ta façon de faire ou encore la personnalité des oreilles au coin des quelles tu conteras ce nouveau projet. Dans le fond, tu peux aussi faire un petit mix de tout ce qui t'a plu. 

Maintenant j'aimerais que l'on adapte les choses à toi, à l'entrepreneur que tu es déjà (au moins dans ton coeur) et à ton environnement. D'abord, tu dois comprendre pourquoi tu veux parler de ton projet. Là c'est ton énergie et tes ambitions qui te parlent : est-ce parce que tu as besoin d'avoir des retours sur ton projet avant de le construire ? Est-ce parce que tu veux te donner confiance en toi en commençant à en parler ? Est-ce parce que tu veux clairement appuyer ta crédibilité / ta posture d'entrepreneur ? Est-ce parce que tu as besoin d'élargir ton réseau et d'obtenir des mises en relation pour faire vivre ton projet ? Est-ce parce que tu veux être dans une démarche de transparence avec les gens qui t'entourent ? Est-ce parce que tu as envie que ton entourage comprennent mieux tes comportements / angoisses / indisponibilités ? Et il y a encore pléthore de raisons. En revanche, il n'y a qu'une bonne raison d'annoncer l'existence de ton projet : celle qui est la tienne.

Une fois que tu auras identifié la raison pour laquelle tu estimes que tu souhaites parler de ton projet autour de toi, les réponses aux questions "à qui, quand et comment apparaitront plus facilement. Et, on se met tout de suite à l'aise, il n'y a pas plus de mauvaises façons d'annoncer un projet que de mauvaises raisons de mener un projet ou d'en parler. Tu choisis ce qui te met le plus à l'aise. Si le côté annonce "entre le fromage et le dessert" un dimanche ensoleillé avec toute la famille ne te correspond pas, alors ne te force pas. Tu ne vivras pas un moment agréable et tu ne seras pas vraiment habile pour délivrer toute la valeur que ton projet va apporter à tes futurs clients / utilisateurs / patients, etc.

😎 Tu annonces ton projet, à qui tu veux, quand tu veux, comme tu veux car cela t'appartient (ton entreprise et ton moral se porteront bien mieux ainsi) !

On peut très bien annoncer un projet d'un milliard de façons différentes et à différentes phases de celui-ci selon les interlocuteurs en question. Définis comme nous l'avons vu ton "pourquoi" (pourquoi l'annoncer) et choisis en fonction les personnes auxquelles tu vas en parler, quand et comment. Tu peux vouloir créer un vrai effet d'annonce en en parlant tout de suite à tout le monde car tu as comme on l'a vu un objectif de gain en visibilité. Tu peux en parler à tes cercles professionnels bien en amont d'une annonce familiale / amicale car tu as besoin de mises en relation ou de contacts dans une industrie clé. Tu peux aussi choisir d'en parler à tes êtres les plus proches afin de leur expliquer où tu en es dans ta vie et faire cheminer ta nouvelle carrière dans leur esprit. Tu peux enfin sciemment ne pas évoquer le projet trop tôt face à des gens qui tu le sais, ne t'apporteront pas forcément des premiers mots très constructifs. C'est bête, un peu attrape clic, mais fais un peu confiance à ton instinct, pour une fois que tu as le droit de faire ça dans ta vie professionnelle, profites-en !

Si cela est possible pour toi, tu peux prendre 5 petites minutes dans la semaine (voire un peu plus) et réfléchir à ces questions : pourquoi je veux en parler ? (Si tu estimes que c'est encore un peu tôt, tu peux soit garder ce mail dans un coin de ta boîte, soit déjà anticiper ces questions d'annonce pour te rassurer un peu là dessus). Ensuite, en fonction des raisons pour lesquelles tu veux en parler, réponds à ces questions : comment je veux faire cette annonce et quand ? Et à qui tu souhaites en parler en faisant parfois varier ce "quand" et "comment" en fonction de ton auditoire. Tu peux peut-être même envisager un petit planning d'annonces que tu pourrais faire corréler avec les dates clés de la constitution de ton projet ou d'un éventuel plan de communication. Rien de bien gravé dans le marbre puisque comme pour chaque projet entrepreneurial, les choses changeront à peu près 78 fois d'ici là ;)

---

J'espère avoir bien mis les pieds dans le plat en regardant de front ce grand sujet qu'est l'annonce de ton projet à ton entourage. Je t'ai partagé mes deux expériences, peut-être trouveras-tu ton chemin grâce à cela ainsi qu'à d'éventuels projets que tu as déjà menés. Le plus important à retenir, en dehors du fait qu'il y a peu de chances que l'on te vole ton projet ou que l'on arrive à le délivrer aussi bien que toi, est que tu as le droit d'annoncer ton projet comme tu veux et à qui tu l'entends en fonction de tes objectifs personnels. L'essentiel est de t'épargner les moments difficiles et les pertes de temps en trouvant les bons mots et instants pour en parler avec ceux qui te suivent. Et, souviens-toi pendant les coups durs / les annonces un peu mal comprises que ton projet, tu y croiras sans doute 1000 fois plus que l'ensemble de tes proches réunis mais c'est bien pour cela que tu es la meilleure personne pour le tirer vers les cieux les plus beaux.

On se retrouve la semaine prochaine pour se parler d'une thématique tout à fait liée à celle que nous avons évoquée aujourd'hui : les retours à propos de ton projet. Nous verrons pourquoi il faut aller en chercher le plus tôt possible, comment le faire et à qui les demander. Et on mettra bien bien bien les pieds dans le plat comme toujours en discutant de ces retours qui piquent bien comme il faut mais qui font grandir ton projet (ou pas).

, je te souhaite une belle semaine entrepreneuriale et sache que tu peux m'écrire quand tu veux pour que l'on papote de toutes ces histoires d'annonces et autres tribulations entrepreneuriales. Entre apprentis entrepreneurs de haut vol, on devrait s'en sortir !

À lundi,

Sarah
sarah@la-vraie-dose.com
Fondatrice et Rédactrice @ la-vraie-dose.com

🔥"La Newsletter qui envoie, chaque lundi, une vraie dose d'énergie aux apprentis entrepreneurs !" 🔥


PS : Au cas où, je te remets ici :
- le lien vers la première newsletter de La Vraie Dose
- la page Facebook de La Vraie Dose que tu pourras chouchouter à l'aide d'un affectueux like
- la page Instagram de La Vraie Dose car il y a de l'ambiance par là bas (beaucoup beaucoup) !

La Vraie Dose

La vraie Dose est la newsletter qui envoie, chaque lundi, une vraie dose d'énergie à ceux qui apprennent à entreprendre.

Site web : www.la-vraie-dose.com