C'est l'heure d'aller te préparer un petit café et de lire ta newsletter préférée

La Vraie Dose #3

[LVD #3] Go, je pars tout de suite en quête de retours de q-u-a-l-i-t-é pour mon projet

Coucou ,

Allez, on repart pour une semaine entrepreneuriale et comme chaque lundi, je vais prendre ma plus belle plume pour t'envoyer une vraie dose d'énergie en prenant de front un sujet qui touche, a touché ou touchera ton quotidien d'entrepreneur pêchu : la chasse aux retours (qui ont de la valeur) !

💖 LES ACTUS DE LA VRAIE DOSE 💖

Avant de te parler du sujet que tu vois écrit en très très gros juste au dessus, je t'offre ta petite mise à jour hebdomadaire à propos de LVD :

Si tu n'as pas pu lire les précédentes newsletters pour une raison X ou Y (par exemple car tu n'étais pas encore inscrit à LVD), je te remets ici les petits liens qui vont bien :
➡️Relire LVD #1 : Savoir pourquoi tu veux mener ton projet avant de te demander comment tu vas le construire
➡️Relire LVD #2 : Mon projet entrepreneurial, j'en parle ou je le garde pour moi ?

- Les réseaux sociaux de La Vraie Dose se sentent seuls sans toi et attendent impatiemment tes likes et autres follows sur Facebook, Instagram, Twitter et Linkedin. (J'adore particulièrement Instagram mais je t'écrirai des mots doux un peu partout)

💌 AU MENU AUJOURD'HUI : "GO, JE PARS TOUT DE SUITE EN QUÊTE DE RETOURS DE Q-U-A-L-I-T-É POUR MON PROJET" 💌

Les messages de service ayant été communiqués, il est tant d'en découdre avec un sujet plutôt chatouilli chatouilla comme on les aime : se lancer en quête de retours qui ont de la valeur pour mon projet. 

Lorsque j'ai démarré mon précédent projet entrepreneurial, j'étais bien au chaud, derrière mon bureau (qui en plus est littéralement collé au chauffage, ce qui est fort agréable). Je me laissais surprendre à de longues séances de brainstorming sur le nom de mon futur projet, les premières ébauches d'une charte graphique, je réfléchissais à comment attribuer mon petit budget à un investissement -plus ou moins- pertinent, etc. Bref, je me faisais un peu plaisir mais j'avais étrangement oublié un point clé de la création d'entreprise : mon projet je le construis avant tout pour mes futurs utilisateurs. Oupsi !

Tu le vis peut-être comme je l'ai vécu, les quelques retours que tu possèdes à propos de ton projet, t'ont été majoritairement remis par ton entourage, un peu malgré toi. Donc parmi ces quelques retours plus ou moins pertinents (on est souvent sur du moins), tu as au choix : les retours épris de bons sentiments mais pas tout à fait réalistes, les consultants improvisés en entrepreneuriat qui ne savent pas exactement de quoi ils parlent mais qui sont contents d'avoir l'air de dire quelque chose (On est sur du "pieds dans le plat", comme toujours avec LVD) ou encore les retours volontairement négatifs car "tu comprends, tu vas avoir tellement de retours pas sympas que je préfère te les faire moi" (et je t'assure que ces gens sont premiers degrés et qu'ils veulent vraiment t'aider). Suite à une nouvelle étude scientifique dont j'ai le secret sur une population d'à peu près 3 entrepreneurs de mon entourage, on a généralement droit à la formule complète.

Je ne sais pas si tu m'as suivie jusque là mais ce que j'essaie d'avancer comme idée c'est que lorsque l'on démarre un projet on se perd un petit peu et on oublie tout simplement d'aller tester son idée donc nous nous retrouvons avec quelques retours sous le bras, pas toujours de valeur (parfois trop énergisant par rapport à la réalité du marché, parfois pas assez). Je te propose donc de partir en quête de retours de qualité qui vont t'envoyer un max de bonnes ondes pour ton projet et qui vont surtout le faire aller dans le bon sens : celui qu'attendent tes futurs clients !

 

👉 TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 16 MINUTES 👈 

🚀ACTION PROPOSÉE : METTRE EN PLACE TA FEUILLE DE ROUTES DE RETOURS AVEC TOUS LES PETITS OUTILS QUI VONT BIEN 🚀

💌 LVD épisode 3 :
Go, je pars en quête de retours de qualité pour mon projet ! 💌

🏃 Ta mission : sortir la tête du brouhaha et confronter ton projet à tes (vrais) futurs utilisateurs

Aller chercher des retours lorsque l'on mène un projet c'est tout un art. Et comme on est honnête ici, on peut se le dire, ça fout un petit peu les pétoches. Souvent car on a soit peur de collecter des retours pas très coolos soit car on se dit que l'on n'a pas un projet suffisamment abouti pour aller demander des retours. Dans le fond, la quête vers des retours est une vraie démarche de prise confiance en soi et en son projet. Et globalement si tu es un humain de type classique, tu n'es pas forcément possédé par ce type de confiance quand tu démarres.

Le résultat de ce petit souci c'est que tu te retrouves peut-être comme moi à travailler plusieurs mois un peu à l'aveugle en faisant avancer ton projet sans le confronter à une réalité de marché. On l'a vu plus haut, c'est de cette façon que tu te retrouves avec des retours émis uniquement par ton entourage. Malheureusement, tes êtres chers s'expriment plus par leur affect que par leurs besoins en tant que consommateurs.

Quelque soit le comportement de ton entourage au regard de ton projet, c'est peu constructif. Si tu as des proches qui te soutiennent de façon exacerbée, ils risquent peut-être d'endormir ta vigilance sur la pertinence de ton projet, tel qu'il est aujourd'hui. Si tu as des proches qui ne sont pas dans une démarche de soutien à ton égard, ils vont être bien plus durs qu'une personne lambda que tu croiserais dans la rue et à laquelle tu présenterais ton projet.

Au delà du danger que représente l'affect de tes proches dans la qualité des retours émis, il faut être bien conscient du fait qu'ils ne sont pas forcément utilisateurs de ta future solution / entreprise. Par exemple, La Vraie Dose a très peu d'utilité pour la plupart de mes proches car n'étant pas entrepreneurs, je ne suis pas certaine qu'ils comprennent comme toi et moi ce besoin de se donner de l'énergie, si précieuse, entre apprentis entrepreneurs. Entre nous, je ne pense pas qu'ils aient même conscience de mes petits trajets quotidiens dans le super ascenseur émotionnel qu'il y a côté de mon bureau. 

La clé est là : les retours qui auront de la valeur pour ton projet, ce sont ceux qui seront émis par des consommateurs / des utilisateurs qui vivent explicitement le problème auquel tu tends à répondre avec ton futur projet. Il va falloir aller chercher des personnes, qui au delà de ne pas avoir d'affect, par rapport à toi, auront un intérêt évident, de par leurs modes de consommations, leur pouvoir d'achat, leur vie professionnelle,etc pour ton produit...

Peut-être que tu as déjà avancé dans cette réflexion et que tu perçois que ce sont tes futurs clients qui te donneront les retours ayant le plus de valeur. Comment faire alors quand le projet en est à ses balbutiements et que tu n'as pas absolument rien de tangible à présenter ? Surtout, comment faire pour aller à la rencontre de tes utilisateurs potentiels alors que c'est pour toi impossible ou très difficile là maintenant tout de suite ? Respire un grand coup, nous allons y arriver comme des chefs (et, mais d'ailleurs, t'es le chef nan ?)

 

💡Je ne vais pas aller chercher des retours avec une pauvre idée sur le papier ou une banale tentative de prototype, si ?

Tu t'en souviens peut-être, la semaine dernière, nous nous disions justement que c'était une excellente chose de parler de son projet à fond les ballons et qu'il n'y avait aucune peur à avoir que l'on nous pique notre idée (je te laisse relire la 2ème newsletter si tu veux savoir pourquoi - tu as vu comme je suis douée pour te renvoyer vers mes précédents écrits). Donc, déjà, on se remet à l'aise sur ce premier point : ton projet, ce n'est pas ton idée (qui n'a pas de valeur en tant que telle) mais ce que tu en feras. Ton projet, c'est toi, ton génie et tout ce qui s'en suit.

Je tends à penser que je vais parvenir à te convaincre petit à petit (si jamais tu en doutes encore) que tu as toute l'énergie nécessaire pour porter ton projet vers la prochaine étape. Pourtant, si tu es comme moi, ce n'est pas simple de se sentir crédible quand on qu'une idée sous le bras et de la bonne volonté (ce qui n'est pas mal déjà donc bravo à toi). 

La première astuce que j'ai trouvée pour m'acheter un peu de crédibilité (on est bien entendu sur de la métaphore), c'est de prototyper mon projet. Je vais ici te parler de mon premier "entrepreneurial baby", qu'était KARMERZ, une plateforme collaborative pour que tout le monde puisse se construire un réseau professionnel qui fonctionne dans la vraie vie. Je viens de te dire en une phrase la vision, l'ambition que j'avais et c'est important de commencer par là, par ton "pourquoi", comme nous l'avons vu dans la première lettre de La Vraie Dose. Mais c'est lorsqu'il a s'agit d'expliquer comment ma future plateforme allait fonctionner concrètement que l'exercice devenait coton coton. Je devais expliquer comment les interactions entre les membres de la plateforme allaient se produire, comment ça allait t'aider dans ta vie professionnelle et en plus j'avais pour ambition de créer une monnaie virtuelle. Autant te dire, que j'avais plutôt intérêt à bidouiller une vidéo. 

Je suis loin d'être une experte en montage vidéo mais je commence à connaître les qualités indiscutables de mon mac (non je n'ai pas d'actions chez apple) et j'ai finalement réussi à faire un prototype vidéo de ma future plateforme. En réalité, je te parle de prototype depuis quelques phrases mais c'était plutôt une maquette qu'un prototype. Si tu veux, une maquette c'est comme ce que j'ai fait, des images de ce à quoi ressemblera le futur site ou même un concentré d'image vidéo. Un prototype c'est un faux site avec lequel tu pourrais vraiment interagir et non pas une vidéo. Je te dis ça simplement au cas où des puristes passeraient par ici (et parce que l'entrepreneuriat, ça sert aussi à apprendre plein de trucs chouettes pour élargir son éventail de connaissances). 

Si comme moi ton projet repose sur l'existence d'un site web, voici ma petite astuce pour créer une maquette en vidéo qui va bien : j'ai tout simplement créé un PowerPoint (En vrai c'était un google slides mais tu as compris l'idée) d'une centaine de slides et j'ai ensuite fait une capture vidéo (via QuickTime) de mon écran en faisant défiler discrètement chaque diapositive. J'ai poussé la magie jusqu'à ajouter une musique par dessus l'enregistrement vidéo (grâce à iMovie). Une capture vidéo d'un Power Point qui mime ton futur site web c'est déjà top pour rendre ton projet vivant.

Si tu ne mènes pas un projet web mais que tu es par exemple artisan, ce serait super de faire un joli prototype de ton futur produit aussi car cela te permettra de mettre en valeur tout ton style et ton savoir-faire. Si tu te lances en Freelance, tu peux faire un mini portfolio avec les quelques projets sur lesquels tu as déjà travaillés (et s'il s'agit de projets étudiants ce n'est absolument pas grave, il n'y a que toi qui le sauras et ce sont déjà des projets de qualité, sois-en fier). Si tu ouvres un commerce, tu peux par exemple dessiner son intérieur. On ne s'intéresse pas à ton coup de crayon ici, ne t'inquiète pas, mais on essaiera juste de comprendre l'expérience que tu aimerais proposer à tes clients.

Je te suggère bien sûr d'essayer de prototyper comme tu peux ton projet parce que ça m'a personnellement aidée à me sentir à l'aise pour l'expliquer et parce que dans mon cas précis les images parlaient mille fois mieux que des (mes) mots. Bien entendu, si tu estimes que construire une maquette ou un prototype te prendrait trop de temps ou que cela représenterait un coût financier que tu ne peux pas envisager pour l'heure, ce n'est pas grave du tout. Je te l'ai souvent dit, ton projet c'est toi et tu décides de la façon dont tu vas donner vie à ton idée (dis toi que tant que tu y mets de l'énergie, ce sera super de toutes les façons). Alors tu peux très bien envisager de simplement mettre ta jolie frimousse devant un miroir, un jour de beau soleil et de répéter un petit pitch à propos de ton projet (Un pitch te sert à expliquer ton projet en quelques phrases à un public précis).

On a donc un peu avancé dans notre beau chemin de la crédibilité et d'ailleurs on va s'arrêter deux secondes pour fêter cela (je vais surement t'écrire un jour une lettre sur le fait de savourer ses victoires). Tu as réussi à donner vie à ton projet grâce à un prototype ? Tu arrives à mieux le décrire en l'ayant dessiné ou en ayant concocté un petit dossier explicatif ? Tu nous as mijoté un pitch aux petits oignons ? Et bien, je te dis un immense bravo et dis-le toi à toi même aussi s'il te plait. Tu fais un grand pas pour ton projet mais tu es aussi en train de faire grandir ta posture d'entrepreneur. C'est plus qu'un pitch, un dossier, un dessin, une maquette : tu t'empares de ton projet et tu lui donnes vie aux yeux des autres !

 

📢 Génial, j'avance... Mais comment je fais pour aller montrer les esquisses de mon projet et rencontrer mes futurs utilisateurs ?

 

Maintenant qu'on a nos ébauches de projet (pitch, dossiers, dessins, maquettes, chansons, ce que tu veux), on va se lancer dans la mission de communiquer dessus dans le but de récolter des retours qui ont du sens. Je vais te suggérer différents moyens d'atteindre tes futurs amours de clients parce que j'y ai songés pour mes projets, parce que je les ai mêmes utilisés ou tout simplement car on m'en a fait l'échos. Je suis autant apprentie entrepreneure que tu ne l'es donc cela n'a rien d'exhaustif et si tu veux suggérer d'autres bonnes idées à la communauté, feel free :)

Un premier moyen cool d'aller à la rencontre de ses utilisateurs potentiels c'est tout simplement d'aller les voir dans un lieu qu'ils sont habitués à fréquenter. Je m'explique : si par exemple tu veux proposer un nouveau service aux étudiants, l'endroit où tu es sûr d'en trouver des sympas avec qui papoter, c'est bien à la sortie des établissements supérieurs. Si par exemple, tu veux t'adresser à des entrepreneurs, cela peut-être très pertinent d'aller trainouiller dans un espace de coworking et de proposer un café au premier d'entre eux qui craque devant le wifi qui plante. 

Le second moyen que je te propose d'utiliser pour aller à la rencontre de tes futurs clients (et que je chéris tout particulièrement), ce sont les réseaux sociaux. Et là encore, il me faudrait bien plus d'une newsletter pour te parler de toutes les opportunités qu'ils t'offrent pour aller à la pêche aux retours. Personnellement, je trouve qu'il y a souvent des échanges très riches au sein des groupes Facebook et que lorsqu'ils sont consacrés à une thématique précise, ils sont composés de "clients types" (nous y reviendrons) au top du top. Par exemple, dans mon cas, les groupes dédiés à l'entrepreneuriat m'ont bien aidée au démarrage de La Vraie Dose. Tu peux aussi regarder les groupes Facebook par région si tu veux ouvrir un commerce local et que tu souhaites avoir un premier ressenti des riverains. 

Ça peut-être intéressant aussi de créer des profils pour ton entreprise sur les réseaux sociaux et de voir si tu commences à avoir quelques réactions en publiant par exemple ton prototype ou une image avec un pitch en une phrase. Chaque réseau social à ses propres codes et je t'écrirai une lettre dédiée à ce sujet car c'est mon métier d'origine mais tu peux faire l'usage des petits #hashtags qui vont bien pour attirer des personnes sur tes profils twitter et Instagram et leur demander de donner leur avis en commentaire. Si tu ne comprends pas trop de quoi je parle, on y reviendra, ne t'en fait pas et passe à la suite !

Les réseaux sociaux sont aussi un excellent moyen de récolter des retours en masse et de qualité mais pour cela il faut utiliser l'outil par excellence de la collecte de retours. L'OUTIL (oui oui en lettres capital) : Le questionnaire (tadam musique de suspens)

💌 Lettre d'amour aux questionnaires en ligne

Le truc le plus chouette, rapide à faire et nécessitant que très peu de compétences, c'est bien le questionnaire. Pour le bien être de la cartouche d'encre de ton imprimante et de l'environnement (s'il te plait), je vais plutôt ici faire le choix de te parler des questionnaires en ligne (et non pas papier). Entre nous c'est aussi plus facile à envoyer à pleins d'utilisateurs en même temps, partout dans le monde (toujours plus d'ambitions, c'est important). Comme mes adresses mails professionnelles sont en fait des adresses gmail pro et aussi car je suis une fan inconditionnelle de la suite Google (je n'ai pas d'actions chez Google, promis), j'utilise "Google Form". Au delà du fait qu'il est gratuit à l'infini, cet outil est très personnalisable et il te range toutes les petites réponses dans un joli (non) fichier excel, ce qui est fort pratique. Dans ma longue existence, j'ai également utilisé Typeform qui est un petit bijou au niveau de l'expérience à la fois pour toi et pour les personnes qui vont te répondre. L'offre gratuite trouvera peut-être grâce à ton coeur. De nom, je connais également Survey Monkey mais je n'ai aucun retour sur le sujet (si toi oui, dis-le moi !).

L'avantage d'utiliser un questionnaire en ligne est que tu peux demander leur avis à un nombre infini de gens, que tu es certain de poser les mêmes questions à tout le monde (et c'est plutôt une bonne chose pour analyser les retours de façon constructive) et que tous les résultats seront réunis dans un même endroit. Je pourrais t'écrire une newsletter entière, rien que sur les bonnes pratiques à appliquer pour faire un questionnaire de folie qui pose les bonnes questions et obtient les bonnes réponses.

Pour le bien de tes petits yeux, je vais te résumer ce que j'ai appris en un seul paragraphe (oui j'en suis capable, moi même je suis surprise) :
- Démarrer par des questions larges sans tout de suite parler de ton projet pour comprendre d'abord l'état d'esprit de la personne qui te répond
- Parler dans un deuxième temps de ton projet en le pitchant en une phrase
- Poser le moins de questions ouvertes possibles car c'est assez repoussant pour les personnes interrogées (on préfère cocher des cases plutôt que d'écrire de longs discours, surtout quand on y répond entre deux stations de bus)
- Demander des informations démographiques à tes répondants : au minimum leur sexe, leur âge, leur région et après tu vois en fonction des informations dont tu as besoin
- Demander ces fameuses informations en tout dernier car ce serait vraiment trop intrusif de tout de suite demander le sexe ou l'âge des gens. On risquerait de refermer le questionnaire aussi vite qu'on ne l'a ouvert
- N'oublie pas de donner à ton questionnaire un titre court mais percutant qui évoque la thématique sans mentionner le nom de projet (toujours pour notre idée de jauger en premier lieu l'état d'esprit des répondants avant de parler ouvertement du projet)
- Pense enfin à le tester avant de l'envoyer à la terre entière

Si tu veux un exemple de questionnaire, largement perfectible mais qui peut-être intéressant à consulter pour la structure : regarde le petit questionnaire que j'ai mijoté lorsque j'ai créé La Vraie Dose. Ce questionnaire vise plutôt des internautes qui ne sont pas encore lecteurs de La Vraie Dose et non pas des fidèles de LVD comme toi. Si tu veux malgré tout t'amuser à y répondre, fais-toi plaisir :)

Pour diffuser ton questionnaire, tu pourras comme on l'a vu utiliser les réseaux sociaux en le publiant dans des groupes ou sur les profils que tu auras consacrés à ta merveilleuse entreprise en devenir.

J'ai une petite astuce, que dis-je une mine d'or à te partager pour obtenir un maximum de réponses. Répondre aux questionnaires d'autres internautes ! Hein ? Et oui, je donne donc je reçois (je te parlerai de ça plus en détails dans une autre lettre). Il y a quelques groupes Facebook consacrés à l'entraide et aux partages de questionnaires (ici, ou encore là). N'hésite pas à répondre aux questionnaires postés par des personnes qui semblent être dans ta clientèle cible puis propose leur de répondre en retour à ton questionnaire à toi. Idem, sur Linkedin, si tu tapes "questionnaire" dans la barre de recherche, tu vas retrouver tous les utilisateurs de Linkedin ayant posté un statut demandant de répondre à leur questionnaire. Tu y réponds et tu leur demandes, de la même façon, de t'aider en répondant en retour à ton questionnaire ! En plus, tu vas peut-être te trouver des copains copines de l'entrepreneuriat  sur la route et ça c'est le plus beau cadeau du monde (Tu peux en voir un exemple parlant en visitant la page Facebook de La Vraie Dose sur laquelle nous racontons avec Mallaury comme nous avons eu plaisir à découvrir nos projets entrepreneuriaux respectifs grâce à ces groupes d'entraide) !

💫Ce que je veux te dire : les personnes qui te feront des retours seront les bonnes fées de ton projet 

Pour faire grandir ton projet, il faut véritablement la challenger au quotidien et dès le début, dès les premières heures avec des retours de tes utilisateurs. Souvent, on se dit que la première chose à faire est d'aller incorporer sa société. Donc de dépenser une certaine somme un peu l'aveugle sans savoir, si jour, une personne, prendre un seconde, pour utiliser / consommer ce que tu veux créer. De mes lectures, de mes petites boulettes personnelles et de mes rencontres, je n'ai retenu qu'une chose : la première étape c'est d'aller à la pêche aux retours même quand on a encore rien créé. Et ce n'est pas par hasard...

Imagine que tu n'ailles pas, une seule fois, demander des retours à de vrais utilisateurs, et que tu passes des mois à créer ton projet, que tu mettes une certaine somme dans la création de tes statuts, dans l'achat d'un local, dans la création d'une plateforme web et que tu réalises 6 mois plus tard, quand il ne te reste ni argent, ni temps devant toi et que tu es tombé à côté. Que l'idée de départ était bonne mais que la façon dont tu l'as éxecutée ne correspond pas un instant à ce que tes clients auraient aimé. Par exemple, le jour de l'inauguration de ta boutique, tu réalises que personne dans le quartier ne consommera ce que tu vends. Le jour du lancement de ton application, tu réalises que la fonctionnalité phare que tu as développée n'intéresse pas tes utilisateurs... C'est bête à dire mais il faut mieux se faire ré-aiguiller tout de suite que dans 6 mois.

Et puis franchement, ça va être cool d'aller chercher des retours. Il y a des personnes qui vont t'offrir 3-4 minutes de leur temps pour te dire ce qu'ils pensent de ton projet. Gratuitement, ils vont te donner toutes les clés pour bâtir un projet encore plus fou que ce que tu avais osé imaginer. Sans compter qu'aller à la pêche au retours c'est une excellente façon de fédérer une première communauté d'utilisateurs autour de son entreprise. N'hésite pas à leur demander leurs contacts à la fin de ta rencontre avec eux ou du questionnaire en ligne.

Et si jamais, lorsque tu lis ces lignes, tu te dis que tu as un peu oublié d'aller en quête de retours jusqu'alors, ce n'est vraiment pas grave. L'essentiel est de prendre recul et de faire circuler dans l'ADN de ton projet cette recherche permanente de retours qui ont de la valeur ! Allez viens, je te propose un petit challenge pour avoir un max d'ambition et d'énergie !

💪 Ton challenge si tu l'acceptes : démarrer maintenant ta quête vers des retours de qualité grâce à une petite stratégie dont toi seul à le secret

Comme chaque semaine, je te suggère un petit défi qui m'aurait bien aidé pour sortir la tête de l'eau et avoir toute l'énergie entrepreneuriale qu'il te faut / que tu mérites ! Je remercie les quelques lecteurs qui m'ont, suite à la première lettre de La Vraie Dose, envoyé leur "manifeste". Ils étaient magnifiquement écrits et démontraient toute l'énergie des entrepreneur-e-s en question ! Je suis super heureuse d'échanger avec vous tous au fil de ces challenges. Je te l'ai souvent dit, je suis moi même apprentie entrepreneure et serais donc bien mal placée pour jouer les consultantes en entrepreneuriat. En revanche, je suis une copine humaine sympa avec laquelle tu peux parler car j'ai vécu et je vis très potentiellement les mêmes petites joies et micro galères (on dit "micro" pour s'autoconvaincre que rien n'est grave hein). N'hésite surtout pas à m'envoyer ce que tu as fait suite aux différents challenges.

Doooonc (service des digressions bonjour), je te propose de t'approprier le petit guide complètement subjectif de la quête de retour que je viens de te partager. Comme j'ai rédigé cette semaine une lettre un peu plus pratiquo pratique et un peu moins conceptuelle que les premières (j'ai envie d'alterner les deux, dis-moi ce que tu en penses #pêcheauxretours), j'ai identifié des petites étapes à suivre mais tu peux bien entendu tourner les choses à ta sauce :

Étape 0 : Créer ta feuille de route des retours (ou feedback roadmap)

Un simple document word, un power point, un Trello (outil de gestion de projet, je t'en parlerai) te permettra de poser les choses par écrit pour bien éxecuter ta quête de retours. Tu pourras y glisser tes réponses aux étapes ci-dessous

Étape 1 : Bidouiller quelque chose de tangible pour aller chercher des premiers retours.

Ça, c'est ce que l'on s'est dit au tout début de la lettre : on peut (voire il faut) aller chercher des retours avec très très peu puisque l'état d'esprit est bien de faire grandir ton projet grâce aux retours. On ne perd ni temps, ni argent, ni motivation et on va tout de suite demander des avis.

Donc je te propose de travailler sur un pitch, sur une maquette, sur un prototype, sur un dessin, sur un plan, une vidéo de présentation, un PowerPoint, tout ce qui te semblera d'une part pertinent et d'autre part facile à faire rapidement pour toi. Si tu n'as pas les compétences pour desginer une vidéo par exemple, et bien pars sur autre chose, ce n'est pas grave. On bidouille, et j'utilise volontairement le mot bidouiller, un premier jet pour aller tout de suite challenger son idée.

Étape 2 : On stratégise (service des néologisme bonjour) sa recherche de retours en se fixant un objectif.

Le premier pas pour atteindre un objectif, c'est de se le fixer. Donc tout d'abord tu réfléchis encore et toujours à ton "pourquoi" : pourquoi aller chercher des retours ? Qu'est ce que je veux savoir lors de ce premier démarchage ? 

Étape 3 : On définit et on met un place un outil de collecte de retours.

Là on en revient à tout ce que je t'ai écrit à propos des questionnaires en ligne et des cafés avec des clients potentiels, etc. Il doit y avoir bien d'autres façons d'aller chercher des retours, ce qui compte, c'est d'en trouver au moins une et de l'exploiter.

Étape 4 : On va en quête des retours et on fixe dès le départ combien on en veut

Là enfin, nous évoquons la partie communication / diffusion. Tu utiliseras donc le canal que tu souhaites pour obtenir des avis. L'idéal étant de te fixer en amont un nombre de retours que tu veux obtenir (un chiffre réaliste mais tout de même ambitieux) et essayer tant que possible de t'y tenir !

 

--

Force et courage, je suis sûre que tu vas avoir plein de retours géniaux, étranges, constructifs, parfois moins mais au moins tu seras à l'écoute du monde qui t'entoure pour faire grandir ton projet. Ce que j'aimerais que tu retiennes, c'est que même si cela est bien douillet de rester au chaud derrière son bureau, le plus important, la priorité numéro 1 c'est d'aller confronter ton idée, ton projet, tes premières bidouilles pour continuer dans la même lancée ou faire les modifications nécessaires. C'est bien pour cela que j'ai choisi de te parler des retours dès la 3ème newsletter. Ce sera la meilleure façon pour prendre du recul sur ton projet, rencontrer de nouvelles personnes (et mettre un peu d'espacement entre tes tête à têtes endiablés avec ton ordi) et ça peut tout à fait être un premier moyen d'acquérir des clients !

Tu l'as peut-être remarqué, je ne t'ai parlé ici que de la façon dont obtenir des retours. Mais il y a tout un autre pendant de cette démarche qui est : comment analyser les retours ? Les comprendre ? Les mettre en pratique ? Les digérer ? Prendre du recul ? S'en sortir avec ceux qui font un peu (euphémisme) mal ? Je t'en parlerai la semaine prochaine pour t'aider à y voir plus clair en te partageant mes apprentissages et en t'aidant à garder le feu entrepreneurial, quelques soient les retours.

, je te souhaite une belle semaine entrepreneuriale et sache que tu peux m'écrire quand tu veux pour que l'on papote de toutes ces histoires de retours et autres tribulations entrepreneuriales. Entre apprentis entrepreneurs de haut vol, on devrait s'en sortir !

À lundi 💖

Sarah
sarah@la-vraie-dose.com
Fondatrice et Rédactrice @ la-vraie-dose.com

🔥"La Newsletter qui envoie, chaque lundi, une vraie dose d'énergie aux apprentis entrepreneurs !" 🔥


PS : Au cas où, je te remets ici tous les petits liens qui vont bien bien bien :
- Vers la première newsletter de La Vraie Dose ainsi vers la deuxième
- Vers la page Instagram de La Vraie Dose car il y a de l'ambiance par là bas (beaucoup beaucoup)
- Et vers les pages Facebook, Twitter et Linkedin de LVD qui ont franchement besoin de copains sympas !

La Vraie Dose

La vraie Dose est la newsletter qui envoie, chaque lundi, une vraie dose d'énergie à ceux qui apprennent à entreprendre.

Site web : www.la-vraie-dose.com