Le nouvel épisode du podcast View in browser
1734 — mercredi 27 novembre 2019 — Tristant et Iseut à la librairie de Paris

Bonjour à tous,

le podcast de lundi a eu une suite! Car il a fallu trouver le livre rapidement. 

Ecouter le podcast :

http://j.mp/2DhcT2X

Le mercredi, les mots, expressions ou tournures de phrases à remarquer POUR PARLER FRANÇAIS AVEC NATUREL sont en gras et en italique. Bonne lecture!

A bientôt,

Laetitia

-------------------------------

1734 — mercredi 27 novembre 2019 — Tristant et Iseut à la librairie de Paris
Lundi, dès que je suis rentrée d’avoir accompagner Lisa à l’école, je me suis précipitée sur Internet pour trouver le livre de Felicia.

Ça s’est avéré plus compliqué que prévu. Je pensais aller tout bêtement à la Fnac Saint-Lazare… mais d’après leur site Internet le livre n’était pas dans leur rayon.

« Ah », ai-je dit tout haut. Puis, j’ai repensé à Stéphanie à la danse. Elle avait utilisé devant moi une application qui lui permettait de trouver un livre dans une librairie indépendante. J’ai fait une rapide recherche sur Internet et j’ai trouvé un site qui me permettait de situer l’ouvrage dans le quartier qui m’intéressait. Le livre était disponible à la librairie de Paris, place de Clichy à quinze minutes à pied de Saint-Lazare. La librairie de Paris ! Une belle et grande librairie, où les libraires vous écrivent des petits mots sur le livre pour vous dire ce qu’ils en ont pensé. Un endroit que j’aime beaucoup. Ni une, ni deux, je suis donc allée à Paris à la recherche de Tristan et Iseut.

Je n’ai pas demandé le livre tout de suite. J’ai flâné dans les rayons. Il y avait dans le rayon littérature toute une série d’ouvrages sur Marcel Proust, dont un livre assez drôle. L’auteur s’était amusé à faire traduire par un traducteur automatique les premières phrases du livre A la recherche du temps perdu, « Longtemps je me suis couché de bonne heure. » Etc. dans différentes langues puis à nouveau en français. Vous imaginez les résultats ? J’ai aussi remarqué un livre d’un auteur roumain, Mircea Cărtărescu. Un gros livre sur lequel était attachée une note manuscrite d’un libraire avec les mots suivants en grosses lettres « Chef d’œuvre ». J’ai lu les premières lignes, puis quelques pages par-ci, par-là et je l’ai emmené avec moi. Voilà, mon cadeau d’anniversaire puisqu’il approche. J’ai aussi choisi un livre de poche d’une auteure américaine. Et ce livre, j’ai commencé à le lire sur le chemin du retour. Une scène m’a fait rire. Le personnage principal est dans un magasin et essaye une veste. Elle remarque une femme dans les rayons qu’elle trouve très bien habillée et lui demande ce qu’elle pense de la veste. À vous aussi, cela vous rappelle quelque chose ?
Ce soir-là, Felicia était soulagée de découvrir son livre sur son bureau.
— Tu sais, je n’ai pas eu besoin de donner le mot au prof parce qu’on devait terminer une évaluation et il n’a pas vérifié qui avait le livre ou non.
Moi, grâce à Stéphanie, j’ai pu vérifier qui avait le livre ou non et tout est rentré dans l’ordre.

POSEZ VOTRE QUESTION SUR CE TEXTE

Écrivez-moi à frenchday@gmail.com

© Laetitia Perraut — novembre 2019

Editions Cafe Anglais

9T avenue Michel Ricard, Bois-Colombes
France

facebook instagram

TO STOP THE SUBSCRIPTION, PLEASE STOP THE PAYMENTS ON PAYPAL OR GUMROAD

When you click on the link "Unsubscribe" you don't stop the payments, you only stop receiving the newsletter. 

Unsubscribe
MailerLite