Bonjour !

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je vous souhaite une excellente année 2021 et en particulier de ne pas faire partie des 25 entreprises sur 100 qui vont subir une fraude cette année : nous ferons ensemble tout ce qu'il faut pour vous protéger !

Au programme aujourd'hui :

  • Nouvelle séance de fraudologie : la psychologie de la fraude au président
  • La chronologie des attaques de ransomware en France en 2020
  • La lecture préventive : la soumission à l'autorité

Je vous souhaite une bonne lecture et j'attends vos retours avec impatience : il vous suffit de répondre à ce mail !

Nouvelle séance de fraudologie : la psychologie de la fraude au président

Dans la 12ème séance du podcast parue ce matin, je vous propose d'entrer dans un des aspects les plus passionnants de la prévention de la fraude et aussi le moins trivial : la psychologie. Nous allons essayer de comprendre comment Sandie, mon invitée de la séance n°10, a pu se faire manipuler dans une fraude au faux président. Vous pouvez écouter cette nouvelle séance sur votre appli de podcast préférée ou en cliquant ici : psychologie de la fraude au président

Pour mener cette analyse, vous allez rencontrer Isabelle Pinceloup qui est psychologue. Elle va vous éclairer sur le profil des victimes idéales, sur celui des fraudeurs et sur les conséquences du traumatisme d'avoir été manipulée.

Si vous préférez l'écrit à l'oral, voici en substance ce qu'il faut retenir de son analyse :

Les victimes idéales sont des personnes empathiques, soucieuses de bien faire et respectueuses de l'autorité. Les meilleurs collaborateurs et collaboratrices en somme ! Mais quand elles sont exploitées par un fraudeur, ces qualités deviennent des failles. Si en plus la personne ciblée est en train de traverser une période de changement, comme c'est le cas de Sandie qui a été recrutée 8 mois avant les faits et en plein déconfinement à l'été 2020, le risque augmente encore.

Mais Isabelle nous montre aussi qu'il ne faut pas sous-estimer les fraudeurs. Car ils sont intelligents, parlent bien, savent dire à leur proie ce qu'elle a envie d'entendre pour la rassurer. Mais ils savent aussi la maintenir dans l'émotion pour l'empêcher de réfléchir et ça les rend particulièrement redoutables !

Pourtant c'est justement en sortant de ses émotions qu'il est possible de se défaire de l'influence du fraudeur. Donc pour l'entreprise, l'enjeu est d'installer une communication qui permettra à la victime de ne pas rester isolée, de former ses équipes et surtout de les impliquer dans la prise en compte des risques de fraude.

Je vous invite très sincèrement à vous pencher sur les conseils d'Isabelle pour bien commencer l'année !

 

La chronologie des attaques de ransomware en France en 2020

La prévention de la fraude passe par la psychologie mais aussi par l'identification des risques informatiques. Et cette nouvelle année est l'occasion rêvée de revenir sur les attaques que les entreprises françaises ont subies en 2020. La conséquence majeure de ces attaques est la propagation d'un ransomware (ou rançongiciel dont je vous ai parlé dans la 6ème séance du podcast). Vous retrouverez une chronologie très claire des attaques de l'année en cliquant sur ce lien : chronologie du ransomware 2020

Le nombre et la fréquence des attaques nous montre que le risque est très réel et toutes les statistiques informatiques de l'année passée montrent une augmentation très significative, qu'elle soit due au télétravail ou non !

 

La lecture préventive : la soumission à l'autorité

Dans cette lettre bihebdomadaire, je vais vous partager régulièrement le fruit de mes recherches et de mes lectures liées à la psychologie et son application à la prévention de la fraude.

La fraude au président met en œuvre des mécanismes puissants qui ont été étudiés par le psychologue américain Stanley Milgram dans les années 60.

Dans son ouvrage de référence "La soumission à l'autorité", il décrit en détail sa célèbre expérience au cours de laquelle des gens comme vous et moi ont administré à un cobaye des décharges électriques allant jusqu'à 450 volts !

Si l'ensemble de l'ouvrage est passionnant, voici succinctement ce qui me semble essentiel à en retenir.

Nous sommes tous capables de devenir des bourreaux malgré nous ou au minimum d'obéir à des ordres qui vont à l'encontre de nos valeurs ou de nos règles. Penser que Sandie est une exception et que vous ou votre équipe pourriez mieux résister qu'elle serait un excès de confiance grave.

En effet nous avons tous grandi dans un cadre dans lequel nous avons été conditionnés à respecter une forme d'autorité (parentale, patronale, managériale...). Et donc lorsque nous percevons clairement l'autorité d'une personne, nous l'acceptons facilement. Par exemple, est-ce que vous avez déjà refusé qu'on contrôle votre billet de train ? Probablement pas car l'uniforme et le rôle que vous avez identifié chez le contrôleur vous soumet naturellement à son autorité. Et si cette autorité reconnue vous expose une demande qui est cohérente avec son rôle, vous êtes sur la voie pour exécuter son ordre.

Ce qui est frappant dans l'analyse de Milgram, c'est sa démonstration que l'individu qui s'estime engagé vis-à-vis de l'autorité ne se sent pas responsable du contenu de ses actes ! Ça signifie qu'il est totalement possible d'outrepasser une procédure sans en tirer aucun remord. Car lorsqu'on obéit, on cherche plus à satisfaire l'autorité qu'à agir selon son sens moral ou une règle pré-établie.

En conclusion, si vous êtes manager, ne blâmez pas les membres de votre équipe d'avoir agi en dehors des règles : votre rôle est de les préparer pour qu'ils reconnaissent les autorités légitimes. Et si vous êtes managé, interrogez-vous sur la cohérence d'une demande : est-ce qu'il est normal que cette personne me demande d'exécuter cette tâche ?

 

Merci d'avoir lu ce message jusqu'au bout ! A bientôt pour de nouvelles ressources de prévention de la fraude.

Bien à vous,


Denis Pénot - Fraudologue | 33 bis rue de la minoterie, Saint-Léger les vignes
Cet e-mail a été envoyé à | Se désabonner | Transmettre cet email à un ami