view_in_browser
👋 Bienvenue dans le "Projet ChloĂ©"

👉Je rĂ©ponds direct au questionnaire #6 👈

Si tu as loupĂ© le questionnaire de la semaine derniĂšre, cĂ d le #5 (Clara te parlait money), tu peux le retrouver lĂ  et si tu as manquĂ© le #4 (LĂ©onore te posait des questions sur ton quotidien), c'est ici !

👋 Hola, hello, coucou !

Cette semaine, ce n'est ni LĂ©onore, ni Clara, ni Solange qui te parle mais c’est moi : Esther Valencic.

En un mot, je suis l'ombre du chatbot de Voxe. Au quotidien, Ă§a veut dire que je porte une double casquette avec un pied dans la conception Ă©ditoriale, et l'autre dans la gestion concrĂšte de ce chatbot (j'en prends soin comme de mon propre Tamagotchi đŸ€–, j'espĂšre que tu vois de quoi je parle car oui, j'avais 6 ans en 1999).

👉 Fun fact : je pense que j'ai le mĂ©tier qui permet de dĂ©velopper la plus grande finesse dans l'usage d'Ă©mojis adĂ©quats, et j'en use vraiment beaucoup (mes proches diront "trop") au quotidien. Au fond, c'est une dĂ©formation professionnelle, comme une autre. Mais pour cette newsletter, je me suis tenue au strict minimum. Et hop, un Ă©moji Flamenco đŸ’ƒ (mon prĂ©fĂ©rĂ©) pour la route, olĂ© !

Ça, c'est moi, cette annĂ©e, soufflant mes 26 bougies avec l'Ă©quipe de Voxe. Ă‡a n'a aucun rapport avec le sujet de cette newsletter. Mais ça permettra peut-ĂȘtre Ă  celles qui ont eu la flemme de calculer mon Ăąge avec le Tamagotchi de le connaĂźtre, si ça les intĂ©resse.

👉Je fais le questionnaire du projet ChloĂ© #6 ! 👈

Donc, toi et moi, on ne s'est sĂ»rement pas encore rencontrĂ©, mais tu as peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  entendu ma voix sur le podcast de Voxe "Toi-mĂȘme tu peux" dans lequel j'interviewe des jeunes qui s'engagent en politique (tu peux Ă©couter, si tu veux, le dernier Ă©pisode dans lequel MĂ©lanie Luce, big boss de l'UNEF, l'un des + gros syndicats Ă©tudiants, raconte comment elle en est arrivĂ©e lĂ ).


Mais, il n'y a pas que le boulot dans la vie...


Et c'est justement de ça dont j'aimerais qu'on parle aujourd'hui, si tu veux bien.

Par exemple, moi Ă  cĂŽtĂ©, je rĂ©flĂ©chis Ă  mes vies antĂ©rieures et cogite sur l'Ă©puisement des ressources naturelles en pĂ©dalant sur mon vĂ©lo. Dit comme ça, ça fait vraiment Parisienne bobo insup', non ? Tant pis, je n'ai plus honte d'ĂȘtre Parisienne, maintenant j'assume. Je suis mĂȘme nĂ©e dans le plus vieil hĂŽpital de Paris : il s'agit de l'HĂŽtel-Dieu sur l'Ăźle de la CitĂ© (le saviez-tu ?). Pour le cĂŽtĂ© bobo, c'est plus compliquĂ©. Ça s'est fait sur le tard. À la base, j'ai grandi dans un HLM Ă  Gare du Nord. On mangeait beaucoup de hachis Parmentier Picard, des Pizza Hut et le fameux gratin de chou-fleur de ma mĂšre qui a dĂ©couvert les poĂȘles et les casseroles avec le temps. Et le week-end, c'Ă©tait ćevapčići (prononcez.. "chĂ©vaptichĂ©", ou ne prononcez pas, on s'en fout) chez mes grands-parents immigrĂ©s 1Ăšre gĂ©nĂ©ration d'ex-Yougoslavie (Croatie, d'un cĂŽtĂ©, et SlovĂ©nie, de l'autre).

J'ai fait des Ă©tudes (qui les ont rendu trĂšs fiers) en tant que boursiĂšre, en prĂ©pa lettres d'abord (option philo, d'oĂč le cogito ergo vĂ©lo), puis Ă  Dauphine avant d'intĂ©grer Sciences Po, en Affaires publiques option culture.

OĂč en Ă©tais-je ? Ah oui, Ă  cĂŽtĂ© du boulot, je digresse beaucoup aussi.

Bon au moins, ça Ă©tĂ© l'occasion de vous partager mon CV acadĂ©mique en accĂ©lĂ©rĂ© avec mon background socio-culinaire, et la recette de ces sortes de saucisses balkaniques pour les + curieuses, en bonus. C'est cadeau.

👉Je fais le questionnaire du projet ChloĂ© #6 ! 👈

A cÎté du travail, donc ? Tiens justement on y venait avec ce choix d'option fait à Sciences Po : "option culture". Quand j'ai choisi ce master, c'était presque aussi évident que si j'avais pris tel plat au resto "option meilleur que les autres". (Vous aurez noté, au passage, que je suis passionnée, limite obsédée, par l'activité qui consiste à manger).

Sauf que dans les faits, la culture, c'est assez flou, large, total, englobant, nĂ©cessaire, vital, inutile. Bref, ça veut tout et rien dire et on lui accole la dĂ©finition qu'on veut. Finalement, pour moi, l'option de Sciences Po appliquĂ©e au monde professionnel (le fameux) se traduisait par des tĂąches qui m'enthousiasmaient au fond assez peu (j'ai rapidement compris la diff' entre aimer consommer de la culture et -moins- aimer en administrer). J'ai donc prĂ©fĂ©rĂ© opter pour une "option culture sur mon temps libre et boulot Ă©panouissant pour chercher et Ă©crire au quotidien".

đŸ§žâ€â™€ïž Et bingo : c'est aujourd'hui ce que je fais chez Voxe ! (J'en ai de la chance !)

Et le week-end, le soir, le reste du temps, je me consacre aux expos et spectacles qui me tapent dans l'oeil et à la pile de bouquins classés par urgence de lecture mais aussi à danser, faire du théùtre, chanter, cuisiner et MANGER parce que c'est trop bon, et que ça fait du bien !

J'ai hĂąte de savoir ce que tu aimes faire, toi ! C'est tellement excitant de pouvoir construire ce projet avec vous toutes pour crĂ©er ce mĂ©dia sur-mesure. J'en profite pour vous remercier pour toutes vos rĂ©ponses, chaque semaine ! Vous ĂȘtes magiques.

J'ai donc trÚs hùte de lire vos réponses au questionnaire #6.

Amour, gloire et beauté, et bon week-end !
Esther ✹

👉Je fais le questionnaire du projet ChloĂ© #6 ! 👈
On t'a transféré cette Newsletter ?

Quelle riche idée ! Ne rate pas la prochaine, abonne-toi sur ce lien !

facebook instagram
Voxe

Voxe C/ Facebook Startup Garage, Station F, 5 parvis Alan Turing, 75013 Paris
France


Vous recevez ce mail parce que vous nous avez demandĂ© de recevoir des nouvelles de Voxe ou que quelqu'un de (trĂšs) bien intentionnĂ© vous a inscrite. 

Se désabonner